Un pour Tous, Tous pour XV

Le Forum du club de Supporters du F.C.AUCH GERS
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 France Angleterre 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
corrouge
ALLEZ ALLEZ !
ALLEZ ALLEZ !


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: France Angleterre 2010   Sam 20 Mar - 18:09

NL L'Express - Magnifique!

Grand Chelem: les bons conseils de Jean-Claude Skrela

le 19 mars 2010 15h52 | par
Pascal Ceaux


Pour savoir comment préparer au mieux le dernier match avant un grand chelem, pas besoin de recourir aux services d'un psychologue. Ou d'un spécialiste de la dynamique de groupe. Ou d'un champion de bridge. Il suffit de demander à Jean-Claude Skrela. Le directeur technique national (DTN) de la fédération française de rugby a connu de l'intérieur cette tension extrême qui précède l'exploit. Il l'a vécue comme joueur en 1977 et comme entraîneur en 1997 et 1998 avec Pierre Villepreux pour le seul doublé de l'histoire du rugby français. Pour le maïs est dans le cochon, il est revenu sur ces moments magiques, mais parfois interminables avant l'entrée sur le terrain.

1977. Le joueur. Cette année-là, le XV de France a son capitaine fureur Jacques Fouroux, et sa star médiatique, Jean-Pierre "Casque d'or" Rives. Il a aussi un entraîneur "Toto" Desclaux, et ce dernier a préparé une surprise aux "petits". Le dernier match est programmé à Dublin contre l'Irlande, et quand les tricolores, pack de fer des avants et arrières mêlés entrent dans le vestiaire, et s'assoient chacun à leur place, ils peuvent croire un moment à une erreur. Un long morceau de musique classique retentit entre les murs, et les notes suaves frappent les combattants en plein coeur. "Toto nous avait sans doute trouvé un peu nerveux, et il a eu recours à la grande musique se souvient Jean-Claude Skrela, omniprésent troisième ligne de cette cavalerie lourde qui a déjà renversé Gallois, Ecossais et Anlgais. Il a voulu calmer les ardeurs. Personnellement je me sentais bien. J'ai préparé ce match comme un autre. Mais nos motivations allaient bien au delà du jeu. On était animé d'un sentiment d'invincibilité. On avait battu les Gallois de Gareth Edwards, à l'époque la meilleure équipe du monde, et on avait résisté à l'Angleterre dans un match fou à Twickenham. Et on s'était refermé sur nous-mêmes. Jacques (Fouroux) faisait la guerre à tout le monde. On ne voulait pas changer de joueurs. Ce Grand chelem, on l'a gagné à quinze. On avait menacé le staff: si vous changez un seul d'entre nous, on ne joue pas. Derrière, on avait l'obligation absolue de gagner. Cette situation particulière a fait qu'à Dublin on n'avait pas vraiment besoin de préparation spéciale".

1997, 1998. L'entraîneur. Vingt après, comme dans les Trois mousquetaires, le héros a vieilli. Il est devenu entraîneur d'abord au Stade toulousain, puis à partir de l'automne 1995 Skrela succède à Pierre Berbizier à la tête du XV de France. Très vite, il est rejoint par son ami Pierre Villepreux. Les deux hommes ont en tête une révolution du jeu. La méthode toulousaine est enfin appliquée au niveau international. Elle va vite porter ses fruits, et même plus vite que prévu. En 1997, la France n'est pas favorite. Ce rôle est tenu par les avants monstres anglais, un club de gentlemen surpuissants qui mettent sur les fesses l'Europe entière à l'heure du thé. Pourtant la France s'impose à Londres 23 à 20. Le dernier match avant le couronnement, c'est contre l'Ecosse. "Nous avions pris garde à ne pas tétaniser les joueurs, raconte Jean-Claude Skrela. Ils savaient quel était l'enjeu. Nous étions certains qu'il n'était pas bon de marginaliser un match. On n'avait pas du tout évoqué le résultat, mais simplement le contenu en terme de jeu. On avait dit aux joueurs, si le contenu est bon, il y a de très grandes chances que le match soit gagné. Finalement, cela a été le match le plus facile. J'ai encore plein d'images en tête. Olivier Magne [troisième ligne aile] avait été exceptionnel"

L'année suivante, le temps des apprentissages est révolu. Le XV de France présente un visage conquérant, et joue un jeu flamboyant. Du mouvement à plus soif et de l'efficacité. Les Ecossais encaissent 50 points, les Anglais sont battus, les Irlandais concassés. L'ultime rencontre se joue contre Galles dans un lieu inhabituel. En raison des travaux en cours pour construire à Cardiff le Millenium qui recevra en 1999 la finale de la coupe du monde (France-Australie), le XV gallois a élu domicile à Wembley, le stade londonien réservé à l'équipe d'Angleterre de football. "On était très heureux de jouer là sur le territoire mythique du foot, se rappelle Skrela. On avait inscrit au tableau les mots importants du match. J'ai conservé le papier sur lequel je les avais notés. C'était toujours le même discours du jeu de l'initiative, autre chose que le triste tryptique conquête, défense, jeu au pied. On entre sur le terrain sur un tapis rouge, et c'est un match formidable. Thomas Castaignède avait été magnifique, aujourd'hui encore je revois des combinaisons réussies sur le terrain. On leur a mis 50 points et à la fin on a résisté, résisté. Ils n'ont pas marqué un point. Pour moi, c'était le plaisir de voir nos convictions victorieuses
Revenir en haut Aller en bas
 
France Angleterre 2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» budjet pour devenir pilote
» [baskers] Laguna III Coupé TomTom 2.0 dCi 150
» Calendrier manisfestation 2010
» Selle confort duo 2010
» L'Euronats en ANGLETERRE cette année ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un pour Tous, Tous pour XV :: Rugby :: Le Monde d'Ovalie :: International-
Sauter vers: